Chirurgie mammaire : comment choisir les prothèses ?

Chirurgie mammaire : comment choisir les prothèses ?

Chirurgie mammaire : comment choisir les prothèses ?

Symbole de féminité et atout de séduction, la poitrine ne doit en aucun cas être négligée. Pour certaine, avoir des petits seins est alors devenu une complexe et pour d’autre au contraire avoir une poitrine trop volumineuse est un gêne. Pour vaincre ces complexes, la chirurgie mammaire est ainsi devenue le choix idéal. Subir une intervention n’est cependant pas facile et choisir ce qui est mieux pour soi reste une décision difficile. Comment alors choisir les bonnes techniques ? Voici toutes les réponses à vos interrogations.

Bien choisir la nature des prothèses

Le choix d’une bonne prothèse s’impose, étant donné qu’elle conditionne largement le résultat recherché et a un impact sur la santé globale. Il est donc important de bien se renseigner auprès de son chirurgien pour savoir les offres moins risquées. Le choix est d’abord basé sur la nature de la prothèse qui peut être gonflé au sérum physiologique ou gonflé au gel de silicone.
La prothèse gonflable au sérum physiologique est celui le moins utilisé pour deux raisons. Elle présente un risque de dégonflement fréquent et ne donne pas un rendu naturel. Quant à la prothèse en silicone, elle est tolérée par l’organisme, donne un résultat proche de la forme des seins naturels et ne présente aucun effet secondaire.

Choisir la forme et la taille adaptée

Pour ce qui est de la forme, elle est définie selon les besoins du patient. Chacun a en effet son attente vis à vis de la forme et du volume.
Il y a principalement la forme ronde, préconisée par les américains pour son effet bombé qui permet de bien remplir les décolletés. Il y a aussi la forme anatomique qui permet de donner plus de volume dans le bas des seins. Ainsi, le haut des seins est moins effilé, ce qui donne un effet discret et plus naturel. Cette dernière technique est surtout recommandée pour les femmes ayant une silhouette mince.

Quant au degré de projection de la prothèse, tout dépend de goût. La tendance ne cesse d’évoluer, mais dans les années 80, elle était de 200cm3. Aujourd’hui par contre, la tendance est à 300cm3 qui est l’équivalent d’un bonnet C ou éventuellement d’un bonnet D rempli. Aux Etats Unis, on arrive même jusqu’à 400cm3. Pour ne pas avoir des regrets cependant, il vaut mieux choisir une taille raisonnable et adaptée à sa morphologie. Pour choisir la bonne taille, on peut très bien passer par la méthode de simulation 3D qui permet de voir des résultats réalistes selon les différentes tailles, ou miser avec la méthode classique de l’essayage des soutiens- gorge adaptés. A ne pas oublier de bien prendre en compte le conseil de son chirurgien.

admin343